Aller au contenu principal

Session Criminelle du 31 janvier 2018

DOSSIER DE PRESSE. JUSTICE

PREMIERE SESSION CRIMINELLE DE LA COUR D’APPEL DE BANGUI

du 31 janvier 2018

En ce jour du 30 janvier 2018 s’est tenue en la salle d’audience de la cour de Cassation de Bangui la continuité de la session criminelle concernant l’affaire Ministère Public contre :

  • NAMKOÏSSE Belfort
  • NGAPAYO Jospin Martial
  • NDEDOUA Stéphane

Tous trois poursuivis pour assassinat

L’audience était assurée par ;

  • Le Président magistrat Thierry Joachim PESSIRE
  • Le Ministère Public le magistrat Éric Didier TAMBO

Courant du mois de novembre 2015 à la maison d’arrêt de NGARAGBA à Bangui, les présumés ont tabassé à coups de bâton leur codétenu SOUGBA Aubin alias ATCHA à 20 heures du soir et dont le corps a été retrouvé vers cinq heures du matin

En effet, la victime vendait des bonbons, des cigarettes, des biscuits et autres dans l’enceinte de la maison d’arrêt de NGARAGBA pour le compte du détenu NGAPAYO Jospin Martial, l’argent qu’il aurait encaissé lors des dernières ventes a été volé, ce qui a suscité la colère de NGAPAYO Jospin Martial, lequel aurait fait appel à deux de ses amis de même chambre pour tabasser ATCHA jusqu’à ce que mort s’en suive

Un témoin voisin de la cellule a confirmé que ATCHA a été tué par ces trois détenus

Dans son réquisitoire, le Procureur Général a requis 20 ans de travaux forcés pour assassinat dont tous les éléments constitutifs sont réunis à savoir : la préméditation, le guet-apens et le meurtre. Le Ministère Public demande aux membres de jury d’accorder à l’endroit des accusés des circonstances aggravantes

La plaidoirie de la défense par maître NAMSENE Manacé laisse savoir que les accusations portées à l’encontre de ses clients étaient infondées car en matière de criminalité il faut apporter des preuves et tout ce qui devrait enlever le doute dans l’accusation. Pour les éléments que constitue un assassinat, la préméditation, le guet-apens et le meurtre ne peuvent être démontrés, donc, les membres de jury vont simplement libérer ses clients qui sont innocents des faits qui leur sont reprochés.

La parole a été donné aux trois accusés qui ont à tour de rôle clamé leur innocence dans cette affaire par une dénégation absolue

A la reprise de l’audience, le verdict déclare les trois accusés coupables, et les condamne à 20 ans de travaux forcés chacun. Ils ont trois jours pour pourvoir en cassation

Dans l’interview de la défense, maître Manacé NAMSENE a exprimé un grand regret pour ses clients