Aller au contenu principal

Session Criminelle du 22 janvier 2018

DOSSIER DE PRESSE. JUSTICE

PREMIERE SESSION CRIMINELLE DE LA COUR D’APPEL DE BANGUI

du 22 janvier 2018

Ce lundi 22 janvier 2018 s’est reprise l’audience du présumé accusé NGAÏBONA Rodrigue alias Général ANDJILO en la salle d’audience de la Cour de Cassation de Bangui.

Rappelant que la plaidoirie des avocats de la défense avait balayé d’un revers de mains toutes les accusations portées à l’égard de leur client, ainsi, le Procureur Général a repris la parole pour des répliques donc un deuxième réquisitoire suivi des répliques du collectif des avocats de la partie civile lors de la séance précédente

A l’ouverture de la séance, le Président Roch Alfred NGOUMBRE a permis aux avocats de la défense du Général ANDJILO de faires leurs répliques par rapport à celles faites par le Procureur Général et le collectif des avocats de la partie civile.

Après les répliques des avocats de la partie civile, la parole a été donnée à l’accusé NGAÏBONA Rodrigue alias Général ANDJILO pour sa dernière déposition

Prenant la parole, le Général ANDJILO dit avoir regretté de s’engager pour libérer le peuple centrafricain de son envahissement par les SELEKAS. Il dit aussi avoir regretté d’être resté insensible lorsque certaines personnes utilisaient son identité pour commettre des forfaits, qu’il mette à témoin le peuple centrafricain pour le sort qui lui est réservé en guise de remerciement et qu’il le remercie pour son soutien moral durant sa détention. En conclusion, je site : « dorénavant, s’il arrive quelque chose de similaire dans e pays, je ne m’engagerai plus, et que chacun restera dans son fief s’il le peut »

Après suspension, le verdict tombe enfin, et déclare l’accusé NGAÏBONA Rodrigue alias Général ANDJILO coupable de Crimes, Assassinat, vols aggravés, Séquestration et Détention illégale d’armes et minutions de guerre condamnés selon les articles 411, 412, 269, 77 du code pénal centrafricain, le condamne aux travaux forcés à perpétuité, et doit verser à titre de dommage aux victimes la somme globale de 118 000 000 frs CFA (cent dix-huit million de francs CFA), 1 Fr symbolique aux avocats des ONG des Droits de l’Homme (collectif des avocats de la partie civile)

La cour avait rappelé au condamné qu’il avait trois jours pour faire appel, le cas contraire, la peine sera maintenue

Lors de l’interview de la défense de ANDJILO, son avocat Maître Didier GONENZAPA dénonce le manque d’équitable dans ce procès qu’il a qualifié de procès politique