Aller au contenu principal

Session Criminelle du 18 juillet 2018: le procès

DOSSIER DE PRESSE.Ministère de la Justice, des Droits de l’Homme

 

En ce jour du 18 juillet 2018 en la salle d’audience de la Cour de Cassation, la séance qui était suspendue hier est reprise avec le même rôle, le Ministère Public, GBADJIMI Max et autres contre monsieur MARKANI Ahamat pour Association des malfaiteurs, incendie volontaire, vol aggravé, destruction de bien d’autrui, pillage en réunion crimes et délits prévus et punis par les dispositions de l’article 411, 412, 163, 167, 168 alinéas 2 et 4, 417, 418, 423 et 428 du code pénal centrafricain

Rappelons que la Cour était composée de :

  • Président : ORADIMO Pamphile
  • Assesseur 1 : BIBI NANA Mathieu
  • Assesseur 2 : LAOU Antoine
  • Greffier rapporteur : NAMBEÏ

Ministère Public est composé de :

  • Procureur Général : TAMBO Éric Didier
  • Trois avocats de la partie civile
  1. Maître MALEKOUDOU Etienne
  2. Maître MADOZEKEKO

La défense :

  • Maître MATALIMBO André

La reprise de cette audience a permis à la cour d’examiner les chefs d’accusation cas par cas afin de dégager la responsabilité de l’accusé, des questions directes ont été posées à l’accusé, qui selon ne reconnait aucun de ces motifs, se dit être musicien, et que la musique était sa passion, ceci étant, le temps ne lui permettait pas de faire ce dont il est accusé. Pour cela trois témoins ont été interpelés à la barre pour s’exprimer et éclairer la cour sur les faits qui se sont produits le 26 septembre 2015 dans le quartier BAZANGA qu’un conducteur de moto soit disant musulman aurait été tué dans le quartier Combattant. Situation qui n’a rien à voir avec les représailles du quartier BAZANGA

Le témoin HITAE Henri Gustave dont la villa a été pillée, saccagée et cramée

Le témoin MBETIGAMBA Léonce qui a vu son garage parti en fumée après que quelques véhicules des clients ont été emportés par les assaillants au KM5

Le témoin YABADATE Edwige Ella qui après avoir fait sa déposition s’est fondue en larmes devant la barre de cette cour parce qu’elle avait perdu sa maman et son frère qui était en deuxième année de licence en Droit plongeant ainsi la salle dans une ambiance de remords profonds et de tristesse

Ayant eu la déposition de toutes les personnes convoquées en tant que témoins, la cour rappelle à la barre le plaignant GBADJIMI Max à qui les assaillants ont volé un de ses véhicules et cramer le reste ainsi que sa maison saccagée, pillée et cramée. Ce monsieur est revenu pour préciser les faits relatés dans sa plainte et confirmer l’identité de l’accusé

La séance était suspendue à cause du temps (sécurité) pour reprendre le 19 juillet 2018.