Aller au contenu principal

Session Criminelle du 16 février 2018

DOSSIER DE PRESSE. JUSTICE

PREMIERE SESSION CRIMINELLE DE LA COUR D’APPEL DE BANGUI

Session Criminelle du 16 février 2018

 

Affaire Ministère public contre :

  • ABDOULAYE Issen
  • BERIO Laurent alias Moussa
  • YOSSOUF Mahamat
  • ABDOULAYE Dibrile Yakoub
  • MAHAMAT Salet Hassan
  • ISMAËL Issa
  • NASSOUR Amin Mahamat
  • ISSEN Abakar
  • Moustapha Mahamat
  • SALET Guy Abdel Kader
  • LIHOUNDJI Edmond
  • BEKOUMBA Prince Lopez
  • OUSMAN Issa Adam
  • AMAHAMAT Issa
  • AMAHAMAT Aroun
  • ABDEL NEBUT Adam Salet
  • AHAMAT Tidjani

Pour association des malfaiteurs, atteinte à la sureté intérieure de l’Etat, rébellion ; détention illégale d’armes et munitions de guerre et destruction d’édifice public, tous placés sous mandat de dépôt à l’exception d’Abdoulaye ISSEN en cavale et BEKUMBA Prince Lopez bénéficiaire d’une liberté provisoire sous contrôle judiciaire le 6 décembre 2017.

Crimes prévus et punis par les dispositions des articles 111, 411, 412, 285, 287, 288 ; 289, 295, 381, 382, 386, 259 et 420 du code pénal

L’audience était diligentée par :

  • Président Roch Alfred NGOUMBRE
  • 1er Assesseur Maurille Fulbert NGHALY
  • 2ème Assesseur Jean ANIZEDIPAÏ
  • Greffier audiencier Rodrigue NANGBEÏ
  • Ministère Public Éric Didier TAMBO
  • Huissier audiencier Noël NGOUNIO
  • Huissier audiencier Jean Bruno YAMODO

Il y a aussi le collectif des avocats de la partie civile représenté par :

  • Maître GBANGOLO Guy Hervé
  • Maître MANGUEREKA André Olivier
  • Maître MODEMADE Denis
  • Maître MADOUZEKEKO Rody

 

Au démarrage de l’audience, les procédures ont effectivement été respectées et les droits des accusés devant la barre était respecté. Ce procès quand bien même médiatisé de bout en bout, est suivi par les institutions des droits de l’homme dont certains représentants ont effectué le déplacement pour être dans la salle d’audience

Les échanges ont été très durs entre le Ministère public qui cherche à tout prix à faire émerger la vérité de toutes les accusations proférées à leur égard. La compréhension n’était pas au rendez-vous, l’audience a été suspendue plusieurs fois pour injures et manque de respects vis-à-vis du Ministère Public.

A chaque reprise, l’ambiance n’était pas au point de part le comportement des accusés qui n’accordent pas d’importance à la valeur de cette Cour Criminelle.

Encore une question du Ministère public met les accusés en ébullition, interruption et suspension jusqu’à la semaine prochaine.