Aller au contenu principal

Session Criminelle du 12 janvier 2018

DOSSIER DE PRESSE

Session Criminelle du 12 janvier 2018

Ce jour 12 janvier 2018 le procès de monsieur NGAÏBONA Rodrigue alias Général ANDJILO entre dans sa troisième journée. Les chefs d’accusation retenues étaient les vols aggravés et la séquestration

Concernant la séquestration, le Magistrat BOÏNAM dans sa déposition devant la Cour expliquait qu’il était victime des agissements du Général ANDJILO, ceci étant, il rentrait de travail sur un taxi moto, le Général ANDJILO et ses éléments les ont appréhendés pour les amener à sa base en bas d’une colline dans le 4ème arrondissement. C’est là où il ses sont faits tabasser, le faisant plonger dans un coma de cinq mois, ce qui a permis son évacuation sanitaire au Cameroun puis au Maroc. Le constat est que le Magistrat BOÏNAM est à moitié paralysé et se trouve dans l’impossibilité d’exercer son métier.

Interrogé sur les faits, monsieur NGAÏBONA Rodrigue alias ANDJILO a rejeté les accusations portées à son égard par la Cour.

Pour l’Adjoint au Maire de Bouca, en la personne de monsieur WILIKIA Gilbert, appréhendé et amené à la base de Boy-Rabbe, puis tabassé jusqu’à ce que mort s’en suit, il répondit qu’il ne reconnaissait pas ces actes et qu’il n’a jamais eu contact avec ce monsieur.

Concernant le vol aggravé, le témoin TOUATENA Samuel a déclaré que monsieur NGAÏBONA Rodrigue et ses éléments étaient venus à son domicile le 16 octobre 2014 arracher son véhicule et abattre son chien avant de se retirer

Le véhicule de monsieur ZOUMBETI Samuel volé par ANDJILO et ses éléments

Le véhicule de projet Nana-Grébizi a été volé par ANDJILO et ses éléments

Le véhicule de PAM était volé par ANDJILO et ses éléments, un témoin en la personne du chauffeur monsieur MONDAYEN confirme avoir versé la somme de 750 000 frs CFA (sept cents cinquante mille francs CFA) dans le but de récupérer le véhicule, mais ceci n’est que peine perdue

Le Procureur Général voulait savoir si ANDJILO reconnaissait ces accusations, sa réponse était une négation absolue sur tous les points soulevés « je ne connais rien en tout cela »

Le temps imparti était épuisé, alors le Président a renvoyé l’audience pour le lundi 15 janvier 2018