Aller au contenu principal

Session Criminelle du 11 janvier 2018

DOSSIER DE PRESSE. JUSTICE

4ème Journée De La Session Criminelle 2018 DU 11 JANVIER 2018 DE LA Cour d’Appel de Bangui en la salle d’audience de la Cour de Cassation

La journée du jeudi 11 janvier 2018, l’audience de la session criminelle a reprise avec au rôle le ministère public contre l’accusé NGAIBONA Rodrigue alias général ANDJILO dont l’audience du lundi 08 janvier 2018, a été reportée à la demande de la défense de l’accusé pour manque de certaines pièces qui n’ont pas été versées au dossier.

Comme l’accoutumé, la cour reproche cinq (5) infractions à l’accusé à savoir : assassinat, association des malfaiteurs, vols aggravés, séquestration, détention illégale d’arme et munitions de guerre.

La présidence de l’audience était assurée par le 1er président de la cour d’appel de Bangui, Magistrat Hors Hiérarchie Roch Alfred NGOUMBRE, le Ministère public par le procureur général de la cour d’appel de de Bangui Éric Didier TAMBO. On note également la présence de la section judicaire de la MINUSCA, du PNUD, des Organisations Nationales des Droits de l’Homme à cette audience telles que OCDH, LCDH, FIDH.

Notons que l’accusé NGAIBONA Rodrigue alias général ANDJILO, est né en 1982 à Batangafo dans l’Ouham, célibataire avec 5 enfants domiciliée au quartier BAFIO dans le 4éme arrondissement de Bangui.

L’inculpé a été placé sous mandat de dépôt en 2015, au courant du mois de décembre 2013, il a quitté sa ville natale de BOUCA, à la tête d’une centaine de jeunes, direction de Bangui pour combattre les éléments de la SELEKA au pouvoir à Bangui.

A la question de savoir pourquoi il a fait cette descente sur Bangui, l’accusé a répondu à la cour, c’est pour libérer le peuple centrafricain des exactions.

A la première infraction qui concerne l’assassinat entre autre du gendarme de 2éme classe Francis MALESSARA a GOBONGO, de l’apprenti chauffeur TAMBALA au PK 55 route de DAMARA, du 1er adjoint au maire de BOUCA NGOUYOMBO, Répondant aux questions de la cour, du Ministère public, du collectif des avocats de la partie civile et des témoins, l’accusé NGAIBONA Rodrigue alias général ANDJILO, a opté pour la stratégie de répondre par la négation sur les faits d’assassinat que la cour lui reproche, il ne reconnait rien, tout ce qu’on lui reproche c’est de la fabulation a-t-il martelé.

Vu le temps imparti à cette audience le président de la cour a suspendu les travaux à 16h20 pour la journée du jeudi 11 janvier 2018 pour reprendre le lendemain.